C'était un engagement de campagne du Chef de l'Etat : la refondation de l'école a fait l'objet d'une vaste concertation, impliquant 23 ministères et de nombreux acteurs et partenaires du monde éducatif, entre le 4 juillet et la fin du mois de septembre.

La Fédération nationale des CMR s'est associée à ces travaux, à travers le Collectif des Associations Partenaires de l'Ecole (CAPE) dont elle est membre, et en participant plus particulièrement aux ateliers dédiés à "Renforcer l'éducation artistique, culturelle et scientifique". Nul besoin en ces lieux de plaider sur l'importance de l'éducation artistique pour le développement des enfants, nous étions tous convaincus.

Les questions relatives aux voies et moyens de sa généralisation à tous les élèves, au rôle de l'Etat dans un contexte de décentralisation accrue, aux parcours éducatifs, à la notion de projet, aux spécificités d'une pédagogie artistique et culturelle, au dyptique quantité/qualité, au conflit temps de l'école/temps de l'éducation culturelle, aux enjeux de la réforme des rythmes scolaires, et enfin à l'intervention extérieure et à son organisation ont en revanche été largement débattues.

Premier employeur en France de musiciens intervenants, dans le temps et le nombre, la Fédération a placé leurs missions au coeur de son projet. Très logiquement donc, nous avons souligné la valeur ajoutée des intervenants extérieurs aux côtés des enseignants, et soutenu plus particulièrement dans ce cadre le distinguo entre les DUMIstes, intervenants associés à l'école et formés à cet effet, et les intervenants extérieurs occasionnels, au titre d'une classe à PAC par exemple. Nous avons exprimé le souhait qu'un rappel en ce sens soit adressé aux Académies, dans l'esprit de la note rédigée, en 1998, par M.Bernard Toulemonde, alors directeur de l'enseignement scolaire.
Le temps de l'éducation artistique est pour nous le temps de la vie, du plus jeune au plus grand âge, au sein des lieux dédiés comme aussi de tous les lieux d'accueil et de vie, dont l'école, sur les temps scolaire, péri et post-scolaire.
Les enseignements artistiques inscrits dans les programmes scolaires (Musique, arts visuels), ponctuent la journée de la classe, en alternance avec les matières dites fondamentales.
Nous avons exprimé des doutes sur l'intérêt pédagogique d'un séquençage de ces deux types d'enseignements en deux blocs successifs, et fait observer en outre que l'idée d'un fléchage systématique des enseignements artistiques sur l'après-midi, parfois exprimée, aurait pour effet de contraindre les musiciens intervenants à travailler à temps partiel.

A l'heure où le projet de loi devrait être proposé, la Fédération des CMR par l'intermédiaire du CAPE, continue de dialoguer et d'émettre des propositions, sur la sollicitation des ministères, pour la mise en application des changements qui seront inscrits dans cette refondation.

Sylvie Bessenay, Directrice de la Fédération des CMR